Son nom il le signe à la pointe de l'épée...

Publié le par Étienne

... d'un Z qui veut dire Zorro !

Dès 1920, soit un an à peine après sa création, Zorro faisait sa première apparition au cinéma. Depuis, les adaptations se sont succédées, la dernière en date étant un film d'action américain que nous sommes allés voir aux Halles samedi dernier.

Dès le début du film, le ton est donné. The Legend of Zorro est un film d'action américain. On y retrouve toutes les caractéristiques du genre :
  • Le scénario est simple et limpide. L'histoire se déroule simplement et aucune surprise ne vient la perturber. Dès la présentation des personnages on imagine sans trop se tromper le rôle de chacun et les péripéties qu'ils seront amener à affronter.
  • Les sentiments laissent place à l'action. Les quelques passages à caractère sentimental sont peu crédibles et stéréotypés.
  • Les méchants sont méchants et les bons sont bons. D'ailleurs pour le prouver, le héros ne tue pas directement les très méchants; si ces derniers meurent, c'est presque accidentellement. Dans le même ordre d'idée, le méchant ne tue jamais le héros lorsqu'il en a l'occasion, il hésite et cette hésitation lui sera évidemment fatale. On remarque aussi que les méchants n'ont leurs armes à feu à la main que lorsqu'ils ne peuvent que rater le héros. Si celui-ci s'approche, les armes à feu disparaissent comme par enchantement et les mécréants doivent alors sortir leur épée. Finalement, le film n'oubliera pas le « combat final » entre le héros et le méchant. Je vous laisse deviner qui y laisse sa peau...
  • Le film laisse transparaître discrètement (?) le message suivant : « Les États-Unis représentent la liberté ». Justice, liberté, Zorro est le défenseur de... l'entrée de la Californie dans l'union américaine, pour la liberté de tous ! N'importe quoi.
  • Ça devient une manie dans les films américains depuis deux ou trois ans : le méchant est Français !
Pourtant, malgré tout ces stéréotypes, on peut dire que nous nous sommes bien éclatés. Quelques scènes humoristiques en valent le détour (je pense entre autres au gamin de Zorro en classe), l'action est bien mené, le décor et les costumes sont agréables (Mélanie a d'ailleurs pas mal reluqué Elena). Au final un bon divertissement.

La légende de Zorro

Publié dans À découvrir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Euh, moi je préfère votre en-tête zoziaux au film... Zorro c'est un rebel, pas un héros américain, pfff...
Répondre