Échecs à Messigny

Publié le par Étienne

Messigny, ou plus précisément Messigny-et-Vantoux, est une petite ville près de Dijon, où, chaque année à la Pentecôte, une bande de joyeux lurons (pour ne pas dire fous) se retrouvent pour un weekend entièrement consacré à la composition et la résolution de problèmes d'échecs.

Au menu : championnats de solution, concours de compositions, exposés, parties féériques en blitz, discussions, échanges, passion et... plateau de fromage qui n'est malheureusement plus ce qu'il était il y a quelques années.

Votre chroniqueur a participé aux deux tournois de résolution : celui portant sur l'analyse rétrograde (c'est-à-dire les problèmes d'échecs qui s'intéressent au passé de positions données), ma spécialité, et le championnat classique auquel j'ai peu de chance de rivaliser avec les meilleurs. Ma performance ? Elle aurait évidemment pu être meilleure et je vous explique dans le prochain paragraphe pourquoi je fais toujours le même score d'une année sur l'autre.

Le top du départ est donné. Je tourne la feuille de problème et les examine en un clin d'oeil, histoire d'identifier ceux qui sont faciles (au passage je note la solution d'une partie justificative en huit coups, résolue instantanément), ceux qui sont solubles avec un peu de travail et ceux qu'il me serait vain d'essayer de résoudre. Je m'attaque aux plus faciles et en 30 minutes j'ai au moins trois solutions et demi (il y a dix problèmes dont un à deux solutions) et des idées pour deux ou trois autres. Le trac commence et s'insinue insidieusement dans mes pensées. Avec un peu d'effort, une autre bonne grosse demie-heure et j'ai deux problèmes de plus en poche. C'est là que ça se complique : j'ai 55%, ce qui me fait déjà un bon score alors je me dis que comme il me reste une heure, cette année je pourrai bien faire... et le trac m'embrase. Finalement, de peine et de misère je trouverai un autre solution (assez simple) puis ensuite je bute sur le problème à deux solutions : il n'y a qu'une seule possibilité pour la deuxième solution (Pe8=T) mais j'ai inversé deux coups et ça ne fonctionne pas. Je répète inlassablement les coups en ne comprenant pas pourquoi je ne trouve pas la solution. La fin approche, je suis de plus en plus nerveux. Sur ce j'ai oublié le premier problème où il faut donner les six derniers coups : je griffone les cinq derniers sur ma feuille (le problème est trivial) et je retourne à la solution que je ne trouve pas. Quelques secondes avant la fin j'écris un sixième coup (le mauvais évidemment, si j'avais pris une minute pour placer les pièces sur le jeu je l'aurais vu immédiatement) pour le premier problème. Voilà comment on a 65/100 au lieu de 80/100 (ou plus, j'avais l'idée de la solution d'un neuvième problème mais il m'aurait fallut au moins quinze minutes pour ordonner les 17 ou 18 coups). Peut-être que l'année prochaine je réussirai à damer le pion à Alain et à finir dans les places d'honneurs...

La même situation se produira dans le championnat classique ou le deux coups féériques m'aveuglera et j'oublierai de jeter un oeil à l'étude dont j'avais écris les premiers coups sur ma feuille brouillon.

Désolé pour ce récit épique qui s'est étendu un peu en longeur. Et Mélanie dans tout ça ? Ma dame m'accompagne à chaque année. Pendant que je me casse la tête sur les problèmes, elle se balade, dessine (avec Manuela cette année), bouquine, prend les fleurs en photo, paresse au soleil ou admire mes « exploits » :

Pendant ce temps...
Manuela, c'est une amie, venue avec nous car j'ai initié Luc, son copain, à la magie du problème. Je crois qu'il a trouvé les concours de résolution un peu ardus pour une première fois mais je crois qu'il s'est bien amusé. Alors, qui nous accompagne l'an prochain ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Mélanie, tu aurais quand même pu faire un effort et participer au championnat de France de pbmes !  une dame sera-t-elle un jour championne ? Trêve de plaisanterie, bravo pour tes pastels ! on s'y remettra l'an prochain
Monique
Répondre
M
Pour les pastels, je veux bien, mais pour le concours, je laisse ça à Étienne ! D'ailleurs, si tu pouvais me montrer quelques trucs, je serais ravie de pouvoir faire aussi bien que toi !
E
C'est excellent ! Je suis admirative, de ton talentm et de tout ce que vous faites pendant les week ends. Bravo a tous les deux :) 
Répondre
L
Sur ce point, les tourtereaux ne sont pas très différents d'Eärwen...