Où le lecteur découvre avec étonnement et stupéfaction l'origine des galettes bretonnes

Publié le par Étienne

On raconte qu'au temps jadis existait une certaine rivalité entre les habitants vivant de part et d'autre du Couesnon, la rivière qui vient arroser les pieds du Mont St-Michel. Ces querelles de clocher n'empêchèrent pas les Normands et les Bretons de fraterniser et aujourd'hui ces mesquineries frontalières sont bien oubliées.

Une année, les premiers invitèrent leurs voisins à une fête de village. Ils leurs servirent cidres gouleyants et crêpes exquises. Leurs amis bretons s'en régalèrent, importèrent la recette et en mangèrent tant et tant que la variante bretonne devint encore plus populaire que la normande.

Les Normands tiraient grande fierté de ce succès culinaire, ce qui agaçaient sincèrement nos copains Bretons. Ces derniers décidèrent donc, dans le respect de la tradition historique, de rebaptiser le plat et après maints cogitations et débats, le mot «galette » fut choisit pour désigner ce plat « national ».

Le subterfuge fonctionna à merveille, si bien qu'aujourd'hui personne ne conteste l'origine bretonne des galettes qui font notre bonheur.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour Etienne, je viens de découvrir ton blog Français ou Québecois?
En Haute Bretagne, pays de Rennes, la galette est une crêpe faite avec de la farine de blé noir ou sarazin, celle-ci les normands ne nous la disputent pas.
@ + M@rie
Répondre
Ã
Bienvenue M@rie !Le blog est Français, les rédacteurs Québécois ! Ne t'inquiète pas, nous connaissons bien les galettes de sarrasin même si j'invente n'importe quoi pour en expliquer l'origine...
M
Tssk tssk tssk que c'est bas et mesquin comme sous-entendu... La seule chose qu'on se dispute avec les normands, c'est le cidre (et le mont saint-michel, mais là la rivière fait force de loi).La crêpe n'a rien de spécifiquement breton puisque depuis 7000 ans l'habitude de manger des galettes cuites existe partout en France (et probablement ailleurs), mais elle n'a rien de normand non plus!Est-ce qu'on aura droit dans la même veine de scoop crevé à l'origine du sirop d'érable qui n'est pas québecquois mais amérindien LOL ?
Répondre
Ã
Ha ha ! Tu as mordu à l'hameçon, je le savais ! En fait c'est un exercice d'écriture. Le thème est imposé et on a cinq minutes pour écrire un texte et le partager avec les autres participants. Cinq minutes, c'est court alors on couche sur le papier la première idée qui nous passe par la tête. Mon texte original est un peu plus boiteux, mais les idées sont là :On raconte qu'il y a un grand nombre d'années déjà, il y avait une rivalité disons entre les habitants qui vivaient à l'est et à l'ouest d'une ville fortifiée bien connue, j'ai nommé le Mont St-Michel. Or donc, une année, les Normands, puisqu'il faut bien les nommer, invitèrent leurs voisins bretons pour une fête de village. Et ils servirent à leurs hôtes d'exquises crêpes. Les Bretons aimèrent tant cela qu'ils se mirent à en manger plus que ce que l'on crût qu'il fut possible de le faire. Les crêpes bretonnes devinrent plus populaires encore que les normandes. Or, ceux-ci se vantaient de l'origine normande de cette recette, ce qui agaçait les Bretons. Ceux-ci décidèrent donc de rebaptiser le plat et créèrent ce mot de toute pièce. « Galette », ça sonne bien quand même ! Et depuis, tout le monde a oublié l'origine normande des crêpes et des galettes !Et en passant, je crois que le sirop d'érable est bel et bien une contribution amérindienne !