Samedi rime avec plomberie

Publié le par Étienne

Est-ce que ça vous est déjà arrivé de prendre un bain, un soir, de relaxer, de vous dire que vous êtes bien, de penser que vous êtes chanceux de pouvoir vous prélasser dans l'eau chaude à la lumière des bougies ?

Ensuite, la peau détendue, les sens en éveils, avant de vous glisser sous les couvertures vous allez à la cuisine vous prendre un verre d'eau et... horreur, il y a de l'eau partout dans la cuisine ! « Étienne, y'a d'leau partout dans cuisine ! » Eh merde...

La mission de jour était donc de découvrir la fuite. Le lave-vaisselle encastré se montre beaucoup plus coopératif que je pensais et dix minutes plus tard on peut faire les essais :
- Vas-y, Mélanie, ouvre le robinet de la baignoire.
- Ok.
L'eau coule dans les tuyaux mais pas dans la cuisine. Bon. Peut-être que magiquement la fuite s'est réparée toute seule ?
- Tu peux remplir un peu la baignoire puis ensuite ôter le bouchon ?
- Ok.
J'attends, accroupi sous le comptoir de la cuisine, la lampe de poche braquée sur les tuyaux, qu'il se passe quelque chose. Soudainement, il y a de l'eau partout. Et j'ai vu d'où ça venait.
- Mélanie, ferme !
L'eau continue à couler.
- C'est bon, arrête !
L'eau continue à couler.
- Stop, stop, stop, bon sang !
On aurait peut-être dû arrêter le lave-linge avant de faire l'expérience ainsi elle m'aurait entendu du premier coup...

La fuite se situe au niveau du joint entre le tuyau de PVC et du vieux tuyau en fonte (?) qui plonge dans les profondeurs de l'immeuble. Je soupire et je commence à casser (cf première photo) le mortier qui devait servir de joint.

Je demande conseil à mon père, qui sait tout réparer et qui a eu la bonne idée de s'installer un accès internet à la maison. Je peux donc lui envoyer des photos de mes travaux en cours et lui demander son avis.

La solution que je proposais semblant correcte, il ne reste plus qu'à la mettre en oeuvre. Armés des conseils paternels, j'enlève tout le mortier qui est fatigué, je retire une partie du tuyau de PVC, je dégage le morceau de calcaire solidifié qui obstruait en partie le tuyau de fonte, j'achète des bouts de tuyau et un ciment approprié aux milieux humides, je me réinstalle sous le comptoir et... je me rends compte que je n'ai pas pris la bonne taille de tuyau !

Catastrophe, il est samedi 19h05. Demain tout est fermé dans le coin, la quincaillerie et le magasin de matériaux sont fermés ! Je me dirige à toute vitesse vers une autre quincaillerie au centre-ville de St-Germain-en-Laye et j'arrive quelques minutes avant la fermeture à 19h15. Nous sommes sauvés !

Vers 21h30, tout sera réparé :

La fuite d'eau La fuite d'eau
La fuite d'eau La fuite d'eau

Finalement, ce n'était pas trop compliqué. Cependant, heureusement que je suis mince :

Heureusement que je suis mince !
Et maintenant la question que vous vous posez tous : « Va-t'il repeindre le nouveau bout de tuyau ? »

Publié dans Travaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Comme dit la chanson "mon dieu, quel bonheure d'avoir un mari qui bricole, mon dieu quel bonheur d'avoir un mari bricoleur"
Répondre
Ã
Et l'autre strophe, c'était « Mon Dieu, quel bonheur d'avoir un petite femme qui fait la cuisine » ?