Au Québec - La rivière des Outaouais

Publié le par Étienne

La rivière des Outaouais était la principale voie d'accès permettant aux Algoquins Outaouais (ou Odawas) de rejoindre les colonies françaises d'Amérique du Nord pour y faire la traite des fourrures. Cette rivière fut explorée par l'un des plus célèbres coureurs des bois canadiens des débuts de la colonie, Étienne Brûlé. Un peu moins de deux siècles plus tard, en 1800, fut fondée la ville de Hull (sous le nom de Wrightville, le fondateur) sur le côté de la rivière qui allait devenir québécois, à l'emplacement d'un important portage. En 1855, la petite ville de Bytown, de l'autre côté de la rivière, devient Ottawa et est choisie deux années plus tard comme capitale du Canada, en partie parce qu'elle est située à mi-chemin entre Montréal (francophone) et Kingston (anglophone)...

Aujourd'hui la région d'Ottawa-Hull, ou plutôt d'Ottawa-Gatineau depuis 2001, est l'une des plus belles grandes villes du Canada en raison entre autres de ses innombrables parcs et de la rivière des Outauouais, qui la traverse en son coeur. Comme nous avons passé un week-end balade avec Jérôme et Magali, deux amis Français temporairement (?) expatriés à Toronto, nous avons pris des photos "touristiques" de cette belle région où j'ai grandi. En voici quelque unes :

Le pont Alexandra



Ce pont à armature métallique (oui, oui, comme la tour Eiffel) est célèbre dans toute la région, pour plusieurs raisons. La première, c'est parce qu'il est joli... On le voit ici depuis la rive québécoise (mais qui sont ces deux lurrons sur la photo ?), puis un gros plan à partir du haut de la falaise côté Ottawa. Deuxième raison ? L'une des trois voies est réservé aux piétons et aux cyclistes. Entièrement constituée de lattes de bois (on voit la rivière entre les lattes), cette promenade très appréciée relie Hull à Ottawa et est parcourue par des milliers de piétons les beaux jours. La troisième raison est un secret. Le pont Alexandra est le pont qui chante... Le tablier de la voie à droite sur la photo est constitué... d'une grille de métal. Oui, c'est vrai ! En y roulant en voiture, le métal résonne et se plaint doucement tandis que les automobilistes se demandent si la voiture va déraper ou continuer en ligne droite...

La colline du parlement



Du côté ontarien, près de la rivière, le sol est surelévé. La falaise (qui nous donne les chutes Rideau dont Jérôme et Magali nous ont présenté une photo) s'adoucit peu à peu pour devenir colline. C'est sur cette colline que les édifices parlementaires furent construit il y a 140 ans. La photo de gauche présente une vue des principales tours des édifices parlementaires, eux-même masqués par les arbres qui décorent la colline. À droite, une plus gros plan d'un des édifices avec son toi de cuivre vert.

En vacances !



Eh oui, on a passé la journée à flâner, à lancer des glands aux écureuils brun, gris et noirs, à contempler la rivière et ses écluses manuelles qui se vident et se remplissent sous le regard de quelques curieux qui comme nous n'ont rien d'autres à faire que de profiter du soleil... Alors jaloux ?

Publié dans Évasions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
un commentaire vide car je viens de réaliser que mon adresse blog était éronnée (pas fute fute l'elfe)
Répondre
E
Mazette, vous en avez eu ben d'la chance pendant votre tour !
J'espère que la chute brutale de température à Paris n'est que locale, sinon, ça va faire frette dans l'lac la fin de semaine prochaine ! (mais je me baignerai, c'est dit !)
Répondre